Accueil

En cette période de cyber malveillance, nous vous recommandons fortement de changer votre mot de passe afin de sécuriser vos accès. 

PORTAIL DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DE L'AUTONOMIE
Recherchez un partenaire*
Recherchez un partenaire

*Répertoire Opérationnel des Ressources : référentiel régional décrivant les établissements sanitaires (MCO, SSR, psychiatrie), médico-sociaux et sociaux (personnes âgées et personnes en situation de handicap).

9ÈME CONGRÈS FRANCOPHONE FRAGILITÉ DU SUJET ÂGÉ LE VIEILLISSEMENT EN SANTÉ PRÉVENTION DE LA PERTE D'AUTONOMIE

événement créé le mercredi 5 mai 2021

Du 10 juin 2021 à 09:15 au 11 juin 2021 à 16:00 à Digital

téléchargement 1.jpg

La crise COVID, un révélateur pour la prévention de la fragilité et de la dépendance

La COVID nous a montré qu’elle frappait plus durement les personnes âgées fragiles. Elle nous a montré aussi que notre société n’était pas adaptée au vieillissement de la population et à la prévention.
Nous étions si peu adaptés, qu’au début de l’épidémie nous avons demandé aux personnes de rester chez elles et d’appeler simplement le 15 c’est-à-dire les urgences quand elles s’aggravaient. Elles étaient alors hospitalisées bien souvent dans des services de réanimation. Rapidement, on a corrigé le tir et on a mis en place des actions de prévention visant à tester, tester, tester le plus possible et de prendre en charge les patients de façon précoce.
On peut faire un parallélisme avec ce qu’on a pu voir, ces dernières années, pour la dépendance. La prévention était inexistante de sorte que de nombreuses personnes âgées dépendantes sont arrivées dans les services d’urgence des hôpitaux. On les a ensuite envoyées dans des moyens séjours puis dans des longs séjours ou des EHPAD. Il faut faire désormais rapidement ce que l’on a appris du COVID, c’est-à-dire tester, tester, tester. Nous avons actuellement des outils tels que notamment le STEP 1 d’ICOPE recommandé par l’OMS qui permet de tester les principales fonctions essentielles au maintien de l’autonomie. Ces fonctions que sont la locomotion, la nutrition, le bien être psychique, la vue, l’audition, la mémoire, doivent être évaluées, vraisemblablement, dès l’âge de 60 ans pour que les seniors puissent participer eux-mêmes à cette action de prévention. En effet, comme nous l’avons vu pour la crise du COVID, il ne peut y avoir de prévention sans participation active de la population.
Sans doute que cette crise, révélatrice, va nous permettre d’accélérer un processus de prévention de maintien de l’autonomie, de prévention des fragilités, qui a été jusqu’à maintenant malheureusement bien oublié mais qui s’annonce désormais obligé. Comme le disait un haut-commissaire européen, nous ne pourrons pas payer le prix que coûterait de ne rien faire.

Nous nous réjouissons de vous accueillir au congrès francophone sur la Fragilité, le maintien de l’autonomie afin d’échanger sur nos expériences dans ce domaine qui, comme nous le voyons, évolue aujourd’hui bien heureusement.

Le comité d’organisation

Plus d'informations sur le congrés et sur l'inscription